Conclusion : Se mobiliser collectivement pour faire de la prise en charge de la douleur un enjeu de société

Enjeu : La prise en charge de la douleur est-elle toujours une priorité ? 

Entre 1998 et 2010, une politique de lutte contre la douleur s’est progressivement structurée autour de trois plans nationaux successifs.

La loi du 4 mars 2002 consacrait le soulagement de la douleur comme un droit fondamental du patient.

La loi de modernisation du système de santé 2016 a reconnu la douleur comme une priorité du système de santé en France… mais depuis 2012, et malgré les recommandations des autorités de santé, les plans d’actions douleur n’ont pas été renouvelés.

Manque aujourd’hui une stratégie globale de prise en charge de la douleur en France.


Défi : 

Relancer la dynamique de lutte contre la douleur en renforçant la mobilisation politique autour de cet enjeu.

 

Propositions : 

Mettre en place une feuille de route s’appuyant sur des actions concrètes, pour lutter efficacement contre la douleur. Ce programme devra mettre en place les mesures concrètes, à même de répondre aux enjeux sanitaire, sociaux, de recherche et d’enseignement. Ces mesures étant essentiellement structurelles, leur mise en œuvre ne nécessitera pas forcément des financements supplémentaires de la part de l’Etat.

 

Revenir au début